Catégorie : Articles

Les 3 questions que se posent les jeunes sur…

Peu importe l’âge qu’on ait, à un moment de notre vie, on s’est tous demandé « Qui suis-je ? », « A quoi je sers ? » et « Qu’est-ce que je veux devenir ? ».

A cinq ans, on voulait être astronaute, parce que ça serait tellement cool d’aller dans l’espace ; on avait soif d’aventure. A dix ans, chanteur(se), pour la reconnaissance. A quinze ans, on nous a dit qu’il fallait commencer à penser à un « vrai » métier : avocat, médecin, commercial et ingénieur étant le « top du top ». Et à dix-huit ans, on a dû choisir notre voie, celle qui allait, en réalité, définir le reste de notre vie.

Lorsque l’on se pose ces questions aujourd’hui, bien souvent, on pense aux options réelles et concrètes que l’on a devant nous et pour beaucoup la réponse est « je n’en ai aucune idée », mais ça c’est parce que l’on n’envisage pas les solutions qui n’existent pas encore… Celles qui sont en nous…

« Qu’est-ce que je veux devenir ? »

Celle ci, on nous l’a souvent répétée, « tu veux faire quoi quand tu seras plus grand(e) ? » mais étonnamment on m’a rarement demandé « pourquoi ? » ou si cela correspondait à ma personnalité, à mes goûts, à mes passions. Non, l’important pour les générations précédentes, c’était d’obtenir un emploi stable. C’est donc l’idée qu’elles nous ont inculquée, c’est la voie toute tracée qu’on nous a invités à prendre. Mais c’était sans compter l’évolution de la société, des mentalités, du niveau de vie, de la technologie et de la mondialisation.

Aujourd’hui, quand on se pose cette question, on ne se demande pas uniquement quel métier on veut faire plus tard mais quelle vie on a envie d’avoir ? où ? avec qui avons-nous envie de la partager ? comment ? en faisant quoi ? et en ayant quel impact ?

En fait, notre priorité a changé : ce qui compte pour nous c’est la réalisation personnelle ! Nous voulons devenir ce que nous sommes, et pas ce que la société attend de nous …

« A quoi je sers ? »

Quand vous posez la question aux générations précédentes, bien souvent ils répondent « à te nourrir ». Bien loin des considérations de nos parents, et même si l’on compte fonder une famille un de ces jours, notre génération a besoin de se sentir utile, d’avoir un impact maintenant. Une tâche difficile dans un monde du travail de plus en plus segmenté, où les missions sont de moins en moins intéressantes.

Alors, on regarde autour de nous pour se sentir utile à la société et on observe. Il y a tant à faire que parfois, c’est difficile de savoir par où commencer : aider le SDF en bas de la rue ou les milliers d’enfants africains qui n’ont pas encore accès à l’eau potable ? Créer un projet, une entreprise ? Mais on se lance, on se renseigne, on fait du bénévolat, on s’instruit et on se demande, comment on a pu en arriver là…

Comment on peut passer nos journées sur Snapchat à envoyer des photos à nos amis avec le dernier filtre « chien » alors que des milliers de personnes vivent encore sans électricité ? Comment on peut dépenser des centaines d’euros dans la nouvelle paire de baskets à la mode, ou le dernier rouge à lèvres, toujours aussi rouge que les précédents alors que d’autres n’ont rien à se mettre sur le dos ? Comment on peut se sentir « trop » éduqué pour notre emploi, alors que des milliers d’enfants n’apprendront jamais à lire ?

On se demande comment notre société a pu devenir si compliquée, comment on peut continuer à créer des objets, des emplois dont on n’a pas besoin, utiliser la technologie de pointe pour des futilités, comment certaines entreprises peuvent réaliser des profits gigantesques et ignorer la situation critique de milliers de gens ?

On se rend bien compte de tout cela et on garde dans notre tête cette envie de « changer le monde », peut-être de partir loin un jour, dans un tout petit village pour aider les populations, créer notre propre entreprise ou simplement changer de vie. Mais la réalité nous rattrape, gagner sa vie, la pression de la famille, de la société, il faut bien se nourrir, aller de l’avant et avancer « normalement » … mais on s’en veut, parce qu’au fond c’est pas la vie dont on rêve !

Arrêtons de nous en vouloir !! Une part de nous le fait inconsciemment, parce que notre société est comme ça. Parce qu’on ne préfère pas y penser. Parce que la société de consommation nous pousse à consommer de plus en plus. Parce que les générations précédentes ne pensent pas à tout ça. Parce que les entreprises, elles mêmes, se dédouanent complètement de ce qui se passe dans le monde, bien qu’elles en soient parfois directement ou indirectement responsables, parce qu’elles ne sont pas solidaires et parfois ne prennent même pas soin de leurs propres employés… Alors pourquoi nous, on devrait s’en soucier ?

Heureusement, on se pose tout de même la question… La société avance et se transforme, une révolution est en marche, avec l’arrivée des startups, des entreprises sociales, de nouveaux emplois, davantage compatibles avec un épanouissement personnel, se créent mais il y a encore du chemin à faire pour que nous nous sentions pleinement accomplis car ils sont encore peu nombreux et les grandes institutions ne sont pas prêtes de changer… !

« Qui suis-je ? »

La solution réside en partie en nous. Nous sommes tous différents, nous avons tous des avis différents, des attentes différentes de la vie, nous avons tous des caractères, des valeurs et convictions et surtout des passions différentes !! Il ne tient qu’à nous de se demander qui nous sommes, quelles sont nos qualités, nos défauts, qu’est ce qui nous anime au fond de nous, qu’est ce qui nous donne envie de nous lever le matin, qu’est-ce qu’on aimerait faire par dessus tout, si on en avait la possibilité, comment et avec qui, en oubliant les codes actuels de la société.

Une fois cela identifié, ce ne sera pas simple mais à nous de tout faire pour réaliser nos attentes. La société a évolué et continuera d’évoluer. Il est temps que l’on crée nos propres codes, nos propres emplois, que l’on s’accorde à penser que l’on peut changer la société car les générations avant nous l’ont fait.  Qu’on prenne en main notre propre vie, en somme.

Je ne dis pas que la solution est de s’exiler à la campagne et d’élever des moutons (quoi que), mais peut-être qu’en s’écartant un peu de cette société matérialiste, ruinée jusqu’au cœur par l’argent, et en faisant quelques concessions, nous deviendrons la génération de l’épanouissement personnel et de la solidarité, ça fait rêver non … ?

Manon Aunay – Originalement publié sur Jeune Génération Y.

Retrouvez cette tribune sur le site du Huffington Post : Les 3 questions que se posent les jeunes sur leur avenir

 

10 bonnes raisons de suivre un coaching avant 30…

Pourquoi serait-il judicieux de suivre un coaching avant 30 ans ?

1. Apprendre (enfin !) à se connaître

 

Parce que toute notre jeunesse, on nous a dit « tu seras comme ci et pas comme ça », « tu feras ci et pas ça », « tu étudieras ceci », « tu ne diras pas ça » et quand on entre réellement dans la vie active et qu’on observe la vie telle qu’elle est, qu’on s’y reconnaisse ou pas, on se demande tous à un moment donné : Mais en fait : Qui je suis ? Qu’est ce que j’ai envie de faire sur cette planète ? et Comment ai-je envie de vivre ? Le coaching vous permet de répondre à ces questions.

 

2. Découvrir ses aspirations profondes

 

Qui a réellement le temps aujourd’hui de prendre plusieurs heures pour réfléchir sur lui-même ? En fait, nous avons tous le temps, nous ne le prenons juste pas. Et réfléchir sur soi, bon OK seul, c’est bien mais on n’avance pas beaucoup. A deux, on va plus loin. Le coaching vous permet de vous confronter à vous même, de parler uniquement de VOUS et d’être écouté, réellement écouté… (rare dans notre société, je sais) et grâce au questionnement et aux exercices du coach, vous allez vous découvrir, vous redécouvrir VOUS, apprendre à vous apprivoiser, savoir ce que vous voulez réellement. Vous parlez de choses que vous ne saviez même pas que vous aviez en vous et vous l’apprécier.

 

 3. S’ouvrir

 

Vous pensez être ouvert, mais nous avons tous des barrières que nous nous imposons à nous même et aux autres, nous interprétons tous ce que les autres nous disent, alors qu’en fait tel ou tel mot n’a pas la même signification pour nous tous. Nous sommes uniques, tous, de part notre culture, notre éducation, notre milieu, notre personnalité, notre ressenti et cela fait de nos raisonnements des raisonnements uniques. Le coaching vous permet de RELATIVISER et de vous rendre compte que votre interprétation des choses n’est parfois pas la réalité. Vous soufflez, vous prenez du recul, vous prenez de la hauteur, vous vous ouvrez et ça fait du bien.

 

 4. Prendre de meilleurs décisions Pro et Perso

 

Comme vous apprenez à vous connaître, à connaître vos valeurs, sur lesquelles vous ne transigerez pas, vos aspirations, vos besoins, vous devenez peu à peu maître de vous même. Vous vous comprenez enfin. Grâce à votre ouverture d’esprit, tout nouvellement acquise, vous ne cherchez plus à changer les autres, vous les acceptez. Tout naturellement, vous vous dirigez vers des choix professionnels et personnels qui vous correspondent mieux : en couple, en famille, au travail, dans votre groupe social mais aussi pour vous-même. Le coach vous accompagne dans votre prise de décision ; il marche à côté de vous, pour faire ressortir la meilleure des solutions en VOUS, pour VOUS.

 

5. S’affranchir de l’avis des autres

 

Grâce au coaching, vous apprenez à penser par vous-même, chose qu’on fait peu dans notre société, parce qu’on est constamment « conseillé » par la famille, les amis, les inconnus, les publicités, les articles, les pensées collectives, les tabous… Vous allez découvrir quel est votre mode de pensée à vous, vous allez vous libérer.

 

6. Dépasser ses blocages

 

On a tous des blocages qui nous empêchent d’avancer : « je ne sais pas parler en public », « je n’ai pas confiance en moi », « je ne trouverai jamais de travail qui me plais », « mon mari ne me comprendra jamais » ou encore « je n’arriverai jamais à arrêter de fumer », le coaching vous apprend à dépasser les blocages qui vous handicapent au quotidien, il vous apprend à voir « au-delà », il vous permet de voir que « vous êtes capables » (oui vous l’êtes, tous !).

 

 

7. Etre positif

La règle N°1 de tout bon coaching c’est la POSITIVITE. Ça, on n’en a pas l’habitude dans la vie de tous les jours ! Et pourtant… votre mental est malin et peut faire des miracles !! S’il pense positivement, il a tendance à réaliser vos objectifs, pratique non ? Y-a plus qu’à travailler sur « la Positiiive Attituuuude » comme dirait Lorie.

 

 

8. Réaliser ses objectifs de vie

 

Si l’on résume bien, le coaching vous permet de mieux vous comprendre, de vous affranchir de « ce qui est bien/mal », de dépasser vos limites, de positiver et de prendre de meilleures décisions… Avec tout ça, le coaching vous aide aussi à vous fixer des objectifs de vie et à trouver des façons de les réaliser… ! C’est très important, car se fixer des objectifs vous apportera toute la motivation dont vous avez besoin ; plutôt que d’attendre qu’un miracle se produise, le miracle vous allez le réaliser vous même !

 

9. Etre soi.

 

« Soyez vous même, tous les autres sont déjà pris »

 

10. Etre heureux.

 

Avec tous les ingrédients cités plus haut, vous ressortirez d’un coaching avec la recette parfaite, pour être heureux ! A vous de bien mélanger les ingrédients 😉

 

Manon Aunay – Coach pour les jeunes générations

Mon étude sur les 10 attentes des jeunes pour…

Avant de rédiger cet article je me suis demandé qui j’étais moi, Manon, 25 ans, pour parler des attentes des jeunes et de leurs envies, comment je pouvais bien en quelques mots résumer une génération toute entière : des milliers d’émotions, de vécus, d’expériences et de points de vues différents. J’ai une opinion sur ce que veulent les jeunes, bien sûr, mais elle m’appartient. Alors j’ai réalisé une petite étude sur un petit échantillon, une centaine de personnes entre 18 et 37 ans, et je me suis aperçue que ma vision des choses n’était pas si loin de la réalité. Nous sommes tous différents, uniques, nos attentes personnelles le sont donc tout autant, mais à l’échelle globale, mondiale, à l’échelle de l’humanité, ce que nous voulons, ce qui nous anime, nous inquiète, nous surprend, nous fait vibrer, pleurer, nous rassemble et nous unit car toutes ces choses sont les mêmes, sont les nôtres, celles propres à notre génération. Et toutes ces choses, les voici … :

 

 

  1. Trouver sa voie et être heureux

Ce que nous voulons, c’est simple : être heureux. C’est notre attente première. Comme tout le monde ! me direz-vous, mais justement, pas comme tout le monde. L’argent, très peu pour nous. Bien conscient que l’argent contribue au bonheur, ce que nous voulons avant tout, c’est être heureux. Etre heureux de la façon dont nous souhaitons l’être, une façon qui nous est personnelle. Le développement personnel, d’ailleurs, c’est notre crédo. Nous voulons mieux nous comprendre pour mieux nous développer. Trouver notre voie, notre mission de vie, LA façon dont on veut réellement dépenser notre temps. Le bonheur pour nous, c’est quoi ? Certains savent, d’autres pas. A chacun d’entre nous de le découvrir. Une chose est sûre : nous n’aspirons plus à la vie des générations précédentes : boulot/métro/dodo. Nous voulons trouver NOTRE propre vie idéale. Pour Paul c’est partir vivre à l’autre bout du monde tout en étant freelance, pour Julie, c’est monter sa startup, pour Lola, c’est avoir du temps pour ses activités artistiques, sa famille tout en créant son potager bio. Pour tous, c’est se trouver, se comprendre, s’accepter. Pour vous, c’est quoi ?

 

  1. Aimer et être aimé & être en bonne santé

Un classique qu’on croyait disparu, les jeunes d’aujourd’hui rêvent bel et bien d’Amour avec un grand A, du prince charmant ou encore de leur Cendrillon des temps modernes. Leurs attentes ont changé, bien sûr, alors que certains les cherchent sur Tinder, d’autres rêvent secrètement de « dater » leur camarade de promo, la pantoufle de verre c’est l’IPhone, mais quoi qu’il en soit, « Love isn’t dead » et les jeunes en rêvent toujours autant. La santé est primordiale pour eux, ce n’est pas, non plus, quelque chose qu’ils peuvent entièrement contrôler mais ils sont conscients de son importance et volontaires pour l’améliorer : arrêter de fumer, courir, faire plus de sport sont leurs objectifs. Ils veulent aussi améliorer leur bien-être, subir moins de stress au quotidien et initient de nouvelles manières de le faire : yoga, pilates, coaching, sophrologie… dans leurs entreprises aussi… Et vous ? 🙂

 

  1. Réussir ses projets

Les jeunes ont des projets. Des projets personnels, des projets professionnels. Ils sont entrepreneurs dans l’âme, mais c’est surtout parce qu’on leur a mis cette idée en tête depuis leur plus jeune âge : Quel est ton projet professionnel ? ton projet de vie ? ton projet d’entreprise ? Aujourd’hui des projets, ils en ont pleins la tête et ce qu’ils veulent c’est qu’on les soutienne, qu’on leur donne la possibilité, les moyens de parvenir à réaliser les projets auxquels ont leur a tant demandé de réfléchir. Qui peut les aider ? le gouvernement, les entreprises, les associations… tout le monde vraiment 🙂 Alors, les aiderez-vous ?

 

  1. La paix dans le monde

 

La fin du terrorisme, des guerres… Conscients qu’à leur échelle, ils ne peuvent prendre de réelles décisions, ils sont convaincus qu’ensemble on peut faire bouger les choses. Qui est pour la guerre ? me direz-vous. Personne ! Certes, mais les jeunes sont prêts à mettre des actions concrètes pour ne plus contribuer à engorger le cercle vicieux des politiques, des entreprises, de la société, qui, par certaines de leurs actions, contribuent à entretenir ce système corrompu. Exit la consommation de masse, la loyauté aveugle, les jeunes recherchent du « sens » dans tout ce qu’ils font : travail, vie privée, associatif pour contribuer concrètement à un monde meilleur. Ils créent des associations, des entreprises sociales et se distancent des structures qui ne correspondent plus à leurs valeurs. Ils aspirent à plus de compassion et de solidarité, et vous ?

 

  1. La fin des inégalités

 

Inégalités raciales, culturelles, sexistes ou encore monétaires. Il n’y a pas plus « cliché » et pourtant… En 2018, c’est bien encore l’une des préoccupations premières des jeunes qui voient de plus en plus les inégalités se fendre au pas de leur porte. Avec l’arrivée des migrants, la croissance des Sans Domiciles Fixes, le harcèlement des femmes, les jeunes se posent de vraies questions et veulent agir. Ils voyagent plus que les générations précédentes et constatent de leurs propres yeux toutes les personnes qui vivent encore sous le seuil de pauvreté dans le monde. Ils cherchent à les aider et à mettre fin à ces inégalités : quelle solution ? redistribution des richesses ? fin du capitalisme ? Création de structures d’accueil ? Ils réfléchissent et mettent en place des actions concrètes en espérant pouvoir un jour, y mettre fin totalement. Mais ceux qui en ont réellement les moyens, c’est nous, ou bien vous ?

 

 

  1. Un emploi stable et épanouissant et plus d’aides publiques pour les jeunes

A l’heure ou nos parents travaillaient déjà, avaient un crédit maison sur le dos et deux enfants, nous peinons à trouver notre premier emploi avec un BAC+5, et encore plus pour des emplois épanouissants. En partie, car nous avons été bercés dans une douce illusion nous promettant le plein emploi dans quelques filières, mais aussi, car nous arrivons sur un marché saturé dans lequel les emplois sont segmentés et dénués de sens. Nous rêvons donc de liberté, d’épanouissement, de stabilité, d’équilibre et réinventons le monde du travail à notre façon : freelancing, startups…mais nous avons besoin d’aide pour bien pouvoir se lancer et contrer ce marché difficile de l’insertion des jeunes…  A ceux qui lisent… à vous de jouer !

 

  1. Surmonter ses difficultés personnelles

Confiance en soi, stress, organisation, problèmes de couple ou familiaux. Nous ne voulons plus les ignorer, nous voulons les accepter, nous accepter, travailler dessus et y remédier pour être plus heureux et trouver la vie qui nous correspond vraiment, par où commencer ? Un blog, un livre, un coach, une rencontre, un carnet, du sport… Toutes les opportunités sont belles pour pouvoir se surpasser et aller de l’avant ! Nous aiderez-vous ?

 

  1. Un monde plus écologique

 

On en parle à la TV oui ! On voit les ours blancs disparaître et amaigris oui ! Mais nous, cela nous touche vraiment car on pense à notre futur et à nos enfants et au monde dans lequel ils grandiront et on n’a pas envie de leur dire que les ours c’était comme des gros loups et que les masques qu’ils portent pour respirer de l’air non pollué n’existaient pas avant… Alors là encore, on s’engage, on crée des initiatives pour contrer cela… Est-ce qu’à nous tout seul on y arrivera ?

 

  1. Une meilleure orientation scolaire & une école plus inclusive

 

Parce qu’on ne nous a pas guidés pendant notre jeunesse, filière S, L ou ES, école de commerce ou d’ingénieur, médecine pour les plus chanceux, ceux qui rentraient bien « dans le moule » et pour les autres… ce qui restait. Aujourd’hui, on s’interroge tous sur notre orientation professionnelle et on aspire à créer de nouvelles structures permettant à tous de s’exprimer à l’école : toutes classes sociales, tous niveaux, introvertis, extravertis, créatifs, cultivés, dyslexiques, hyperactifs, hypersensibles. Plus de ludisme, de créativité, d’individualité… Parce qu’on a tous un potentiel à exploiter… parce que tout le monde mérite d’avoir sa chance… non ?

 

  1. Etre écouté…

 

Tout simplement… les jeunes ont des idées, et malgré leur jeune âge, elles sont innovantes, nécessaires, disruptives, solidaires, fondées… Ecoutez-les … 🙂

 

A moi de vous souhaiter une très belle année 2018, que tous vos projets et objectifs se réalisent et rappelez vous pour cela que :  « Vous êtes aujourd’hui où vos pensées vous ont menées, vous serez demain où vos pensées vous mèneront » – James Allen.

 

Manon Aunay 

Coach pour les jeunes générations

https://coaching.aunay.net/